Paradoxe

by Nairod

supported by
A fan among fans
A fan among fans thumbnail
A fan among fans Dès la première écoute Nairod vous embarque dans son expérience audio du "Paradoxe", qui a suscité un vrai travail de réflexion, à mon avis. Chapeau bas. Favorite track: Introduction au Paradoxe.
/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

1.
00:57
2.
03:02
3.
02:27
4.
03:52
5.
02:16
6.
7.
8.
9.
04:02
10.
03:19
11.
03:49

credits

released May 11, 2015

Mixed and mastered with Pierre-Marie BLIND.

tags

license

all rights reserved

about

Nairod Paris, France

Electronica | Paris

contact / help

Contact Nairod

Streaming and
Download help

Track Name: Danseuse Cosmique
I was dancing when I was twelve
I was dancing when I was twelve
I was dancing when I was ahh
I was dancing when I was ahh
I danced myself right out the womb
I danced myself right out the womb
Is it strange to dance so soon?
I danced myself right out the womb

I was dancing when I was eight
I was dancing when I was eight
I was dancing when I was ahh
I was dancing when I was ahh
Is it wrong to understand
The fear that dwells inside a man?
Is it strange to dance so late?
I was dancing when I was eight
Track Name: Introduction au Paradoxe
Je suis à un âge où il faut déjà que je décide que faire de ma vie et que je choisisse la personne que je veux être.

Je ne peux pas me laisser aller et juste “être moi-même”, parce que lorsque je ne réfléchis pas je prends de mauvaises décisions. Je ne peux pas me fier à mon intuition, je dois réfléchir à la meilleure manière d’être possible
.
Pour savoir que faire, il faut que je suive des principes, comme la justice, la morale, la bonté, l’agréable, la vérité, la beauté, etc...

Il faut que je suive les vertus pour être vertueux en fait.

Sauf que les vertus sont relatives à la culture et même relatives à chacun dans certains cas. Des millions de gens ont déjà réfléchit à la question du fondement de ces principes et plus je m’intéresse à leurs réponses, plus je me rends compte de l’immense diversité des bonnes réponses.
Tout le monde a raison, et personne n’est d’accord. Si je dois choisir la définition de l’un je me placerai alors contre l’autre. J’ai peur de faire ce choix, au risque de commettre une erreur.

Je ne peux pas non plus fonder ces principes tout seul, ce serait prétentieux.


Peut-être qu’on ne peut pas trouver de réponse objective parce que la morale, la justice et toutes les autres vertus sont des inventions humaines, c’est-à-dire qu’on ne pourra pas trouver dans la nature un référentiel objectif à partir duquel se décider.

Par exemple l’univers n’est ni juste, ni moral, il existe tout simplement.

Quelque part le fait que l’univers existe sans raison est... effrayant.
Nous n’avons aucune raison d’exister.

Et dans des milliards de millions d’années nous allons tous disparaitre avec l’univers et là encore il n’y aura pas de raison. C’est bien la preuve qu’il n’y a pas de lien entre la réalité et la logique humaine.

En conclusion, je ne peux pas comprendre la réalité. Je suis face à une contradiction logique.
Je ne saurais jamais que faire parce qu’il n’y a rien que je doive faire.
Je ne pourrais jamais être sûr de bien faire parce qu’on ne peut pas bien faire.
Je ferais forcément des erreurs quoi que je fasse.


Du coup j’essaie d’oublier tout ça pour être plus heureux. Mais très vite le questionnement revient parce que j’en ai besoin tous les jours, pour pouvoir agir, pour choisir, pour être sûr d’avancer dans la bonne direction.
Je DOIS trouver une réponse et je NE PEUX PAS.



Le paramètre mesquin qui se rajoute à la contradiction c’est qu’elle est permanente. Elle revient sans cesse. Je peux pas faire semblant de ne pas la connaitre. Je ne peux pas l’ignorer. Elle est inoubliable. Omniprésente.


Le temps coule trop vite.
La pression du temps qui s’écoule...

Je n’ai pas le temps de résoudre le problème.

Bien au contraire, le temps permet au problème de subsister.

Cette contradiction logique qui subsiste...

Elle me donne l’impression de vivre - et d’être - une sorte de paradoxe.